Io


Io, Le Corrège, 1530

 

Divinité fluviale d’Argos, fille d’Inachos, Io était une grande prêtresse d’Héra. Selon les versions du mythe, pour la séduire, Zeus se transforma en une génisse blanche, en ours ou en un nuage. Hera, descendant du Mont Olympe pour surprendre les amants, Zeus changea alors Io en vache. Mais Héra, suspicieuse, demanda à recevoir l’animal en cadeau, Zeus fut contraint d’accepter. Héra fit garder Io changée en animal par Argos, son serviteur aux cent yeux. Ce dernier attacha Io à un olivier dans un bosquet sacré empêchant Io de s’échapper et Zeus de venir la secourir. Le roi des dieux envoya Hermes pour libérer Io. Déguisé en berger, Hermes se joua de la vigilance d’Argos et le décapita pendant son sommeil. Héra envoya alors un taon qui s’attacha aux flancs d’Io, la tourmentant sans cesse. Pour lui échapper, Io parcourut la terre, traversant notamment à la nage la mer Ionienne (qui porte son nom). Son périple prit fin, après avoir traversé le détroit du Bosphore (qui signifie gué de la vache), en Egypte où Io reprit sa forme humaine par Zeus qui, en la touchant, donna naissance à Epaphos (dont le nom est proche du verbe « toucher » en grec). Épaphos fut enlevé sur l’ordre d’Héra et mené à Byblos, en Syrie, où Io le retrouva. Les Histoires d’Hérodote font la connexion entre la transformation d’Io en vache et la sacralité de la vache chez les Égyptiens.

 

Hermes et Argos, 490 avant JC

Mercure et Argos, Velazquez, 1649

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :